Les contrats publics numériques comme outil de lutte contre la corruption : l’expérience Argentine

Natalia Tanno

Résumé

[extract] L’un des principaux obstacles au renforcement de la bonne gouvernance est la corruption impliquant des agents publics. Plus précisément, le secteur des marchés publics a historiquement été caractérisé en Amérique latine par un manque de transparence et par un niveau élevé de corruption. Ce secteur est fondamental pour l’économie, car il est au cœur du processus par lequel l’État exécute le budget pour fournir des biens, des services et des travaux publics à la société. Pour cette raison, un système correct de marchés publics est essentiel pour lutter contre la corruption et contribuer au développement du pays. Les « contrats publics numériques », qui représentent une métamorphose dans les systèmes traditionnels des marchés publics, interviennent dans ce contexte. Ils sont le produit de l’impact du commerce électronique ou du e-commerce dans le secteur des marchés publics. Cette nouvelle façon d’acheter représente une avancée de l’État vers la mise en place d’un gouvernement qui garantisse la transparence, la participation et surtout la confiance de la part des citoyens. L’adoption de mesures tendant à moderniser le fonctionnement de l’administration publique améliore non seulement la qualité de la gestion publique, mais permet également un meilleur accès des citoyens et l’exercice d’un suivi efficace de l’activité administrative. Cet article, qui porte sur les contrats publics numériques expliquera brièvement ce nouveau concept avant de décrire sa mise en œuvre en Argentine. Pour ce faire, il est utile de rappeler que l’Argentine est organisée comme un État fédéral décentralisé, intégré depuis 1994 par un État national, 23 provinces et une ville autonome désignée comme la capitale du pays.

Texte intégral :

PDF HTML

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.