La réutilisation et les réutilisateurs des données ouvertes en France: une approche centrée sur les usagers

Valentyna Dymytrova, Françoise Paquienséguy

Résumé

Bien qu’elle soit un des éléments clefs des discours d’accompagnement de l’ouverture des données, la notion de réutilisation reste mal définie aussi bien par les acteurs publics que par les entreprises du numérique ou les chercheurs, chacun investissant cette notion d’objectifs et d’attentes différents. Ces discours sur les données ouvertes ou sur l’ouverture des données font de la réutilisation à la fois un outil témoignant d’une plus grande transparence de l’administration et de sa modernisation, et un facteur de développement des villes intelligentes, assurant une croissance économique et une innovation technologique sensées profiter aux citoyens. Toutefois, malgré un nombre important de jeux de données publiques rendues disponibles ces dernières années via des portails métropolitains, le nombre d’applications reste assez limité, tout autant que celui d’utilisateurs, car « le nombre de services qui parviennent à la viabilité et la pérennité l’est encore plus ». D’ailleurs, il existe peu d’études empiriques sur la réutilisation des données ouvertes sur les portails dédiés et l’intérêt porte plus souvent sur les standards techniques de l’interopérabilité que sur les horizons d’attentes des réutilisateurs.

À la différence de ces modèles dominants d’analyse, centralisés et « top-down », notre recherche est guidée par une approche centrée sur l’usager, ses difficultés, besoins et attentes liés à la réutilisation des données ouvertes. Autrement dit : qu’en est-il des réutilisateurs, usagers intermédiaires des données ouvertes ?

Texte intégral :

PDF HTML

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.