Les défis de l'utilisation de l'intelligence artificielle dans le système judiciaire brésilien

Guilia DE ROSSI ANDRADE

Résumé

Du point de vue de l'État contemporain, en ce qui concerne sa fonction constitutionnelle, l'État a subi plusieurs changements, de l'État absolutiste à l'État libéral, qui, à son tour, a été remplacé par l'État social, qui cherchait à concrétiser les besoins de la société civile, respectant les droits et garanties constitutionnels prévus par la Constitution brésilienne de 1988.
Depuis l'idée d'État social, la figure de l'État était liée au rôle de « fournisseur de services publics essentiels, tels que ceux liés à la défense du territoire, à la sécurité juridique, à l'administration de la justice ou même à la perception des impôts »2, y compris la prestation juridictionelle, la défense de tout traitement privilégié ou discriminatoire aux destinataires de leurs actes.
La juridiction au sens le plus large de sa conception n'a de sens qu'en raison d'une répartition juste et équitable entre les citoyens des droits et des charges sociales. Les tâches élevées et nombreuses qui l'entourent ne réussiraient pas sans l'imposition de moyens capables d'offrir les garanties requises d'un État juste et égalitaire.

Non seulement dans la Constitution brésilienne de 1988, populairement connue sous le nom de Constitution du citoyen – reflet de l'État social envisagé –, mais dans le système juridique brésilien en général, il est clair que le constituant et le législateur ont essayé d'être très prudents lorsqu'ils traitent des droits et garanties pour que l'exercice du droit d'accès à la justice était aussi large que possible.
Parallèlement aux changements d'État et à l'insertion de normes garantissant les droits dans le système, d'autres changements sociaux et révolutionnaires se sont développés en parallèle, comme les avancées technologiques qui se sont produites principalement au cours du dernier siècle.

Il est connu, cependant, que chaque changement s'accompagne de défis et qu'il convient d'imposer certaines limites à son exécution, car s'il est appliqué de quelque manière que ce soit, il risquerait de nuire à la dignité de l'individu. Ce n’est pas différent des défis qui ont été débattus et confrontés en ce qui concerne à l'insertion de l'intelligence artificielle dans le système judiciaire brésilien, qui, outre toute son importance clairement évidente, mérite quelques questions : qui est responsable de cette révolution technologique judiciaire ? Comment garantir les droits constitutionnels inhérents aux individus à l'ère des algorithmes intelligents ? Les réponses à toutes les questions nécessitent un effort transcendant pour repenser les défis de la nouvelle révolution que nous sommes sur le point de traverser.

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.