Réseaux sociaux : le miroir aux alouettes de la démocratie participative

Jean HARIVEL

Résumé

L’information est nécessaire à la démocratie participative. Le citoyen doit être informé pour pouvoir se faire une opinion et décider en toute liberté. L’accès à l’information peut être réalisé par l’Open Data qui met à disposition des données publiques sous forme brute, ou par les moyens d’information classiques, journaux papier ou diffusés par tout moyen de télécommunication. Les réseaux sociaux participent à la liberté d’expression et à la diffusion d’information en permettant à tout internaute abonné à l’un de ces réseaux de formuler son avis et d’échanger des opinions avec d’autres interlocuteurs face à tout sujet d’actualité ou autre. Ces réseaux sociaux permettent également de mettre en ligne des pétitions, des enquêtes ou des consultations et de s’abonner à des groupes de discussion, prémices d’une véritable démocratie participative. Le gouvernement français a utilisé Internet pour « le Grand Débat » en plus des cahiers de doléances en mairie et des réunions publiques. Autres exemples récents : le RIP concernant la vente d’ADP ou la consultation citoyenne concernant l’épandage de pesticides à proximité des habitations.

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.